#!/usr/bin/php L'âme des foules, le destin ne peut qu'obtempérer

Ecrire au webmestre  retour à l'accueil

La volonté de vivre

Aboul Kacem Echebbi

(Traduction du début par des étudiants des langues'O)

1- Lorsque le peuple se décide un jour pour la vie,
Force est au destin d'obtempérer,
2- Force est à la nuit de se dissiper,
Force est aux chaînes de se rompre.
3- Celui que la passion de vivre n'a pas étreint
S'évapore dans l'air de cette vie et disparaît.
4- Malheur à celui qui n'est pas passionné par l'existence
Il sera frappé par le néant vainqueur.
5- Ainsi me l'ont rapporté les créatures,
Ainsi m'ont parlé leurs âmes cachées.

6- Le vent gronde entre les défilés,
Au dessus des montagnes et sous les arbres [disant] :
7- « Lorsque j'aspire à un objectif
Je m'habille d'espoir et j'oublie la prudence,
8- Je ne crains pas les chemins escarpés
Ni la flamme la plus ardente,
9- Celui qui n'aime pas escalader les montagnes
Vivra toute sa destinée dans les fossés ».
10- Alors dans mon coeur le sang de la jeunesse bouillonne
Et dans ma poitrine gronde un autre vent

11- Et je me suis mis à écouter les tonnerres qui grondent,
Le vent qui chante et la pluie qui tombe.
12- La terre m'a répondu, quand je lui ai demandé :
« Ô mère, hais-tu les humains ? » :
13- « Parmi les hommes, je bénis ceux qui ont de l'ambition
Et ceux qui aiment affronter le danger.
14- Je maudis ceux qui ne sont pas à l'unisson
Avec leur temps, et qui se contentent de la vie qu'ont les pierres
15- L'univers, lui, est bien vivant, il aime la vie
Et méprise l'inerte, si grand soit-il.

16- L'horizon n'étreint pas les oiseaux morts,
Pas plus que les abeilles ne butinent les fleurs fanées.
17- N'était l'affection de mon cur maternel,
Les tombes n'auraient pas accueilli les morts.
18- Alors malheur à celui qui n'est pas passionné par l'existence
Il sera maudit par le néant vainqueur !»
19- Dans une nuit d'automne
Chargée de chagrin et d'ennui,
20- Je me suis enivré à la lueur des étoiles
Et j'ai chanté à la tristesse jusqu'à ce qu'elle s'enivre [à son tour]. (hatta sakir)

21-J'ai demandé

 Mon éditeur de html ne me permettant de taper facilement de l'arabe, la version d'origine de "Iradet El Hayet" est ici

 

 

 

 

 

Le spectacles gnous traversant la rivière mara pour migrer malgré les crocodiles est l'un des rares qui me fait pleurer

 

 

L'âme des foules

d'après Gustave Le Bon

(Extraits de pcyshologie des foules, , lui se demandait comment une idée aussi désastreuse que le socialisme pouvait convaincre les foules)

L'organisation actuelle rend la force des foules immense. Les dogmes que nous voyons naître auront bientôt acquis la puissance des vieux dogmes, c'est à dire la force tyrannique et souveraine qui met à l'abri de la discussion. Le droit divin des foules remplace le droit divin des rois.


Chez l'individu en foule, l'intelligence s'évanouit, les sentiments et les idées se propagent dans un même sens par suggestion et contagion.

La vie consciente de l'esprit (l'intelligence) ne représente qu'une très faible part auprès de la vie consciente. Les hommes les plus dissemblables par leur intelligence ont des instincts, des passions, des sentiments parfois identiques. Ces qualités générales du caractère, régies par l'inconscient, sont précisément celles qui, chez les foules, se trouvent mise en commun. Cette perte de conscience fait que l'individu est contaminé par des suggestions et contamine les autres à son tour.
L'individu en foule acquiert, par le seul fait du nombre, un sentiment de puissance invincible lui permettant de céder à des instincts, que, seul, il eût forcément refrénés. La foule étant anonyme et par conséquent irresponsable, le sentiment de la responsabilité disparaît entièrement.
Sa personnalité consciente s'étant évanouie, l'individu sacrifie très facilement son intérêt personnel à l'intérêt collectif. C'est là une attitude contraire à sa nature, et dont l'homme ne devient guère capable que lorsqu'il fait partie d'une foule.

Par le seul fait qu'il fait partie d'une foule, l'homme descend donc plusieurs degrés sur l'échelle de la civilisation, ses actes sont beaucoup plus sous l'influence de la moëlle épinière que sous celle du cerveau. Isolé, c'était peut-être un individu cultivé, en foule, c'est un instinctif, par conséquent un barbare. Il a la spontanéité, la violence, la férocité, et aussi les enthousiasmes et les héroïsmes des êtres primitifs.

Les foules adonnées souvent à de bas instincts, donne aussi parfois l'exemple d'actes de moralité élevés. Si le désintéressement, la résignation le dévouement absolu à un idéal chimérique ou réel sont des vertus morales, on peut dire que les foules possèdent parfois ces vertus à un degré que les sages philosophes ont rarement atteints. Elles les pratiquent sans doute avec inconscience, mais qu'importe. Si les foules avaient raisonné souvent et consulté leurs intérêts iimmédiats, aucune civilisation ne se f^t developpée peut-être à la surface de notre planète, et l'humanité n'aurait pas d'histoire.

 

 

Le pluriel des pluriels

En arabe, les noms se mettent au pluriel lorsqu'il y en a entre 3 et 10, ils se mettent au singulier quand il y en a beaucoup, .
Exemple : garçon : walad
(waw lam dal), garçons : awlad (alif waw lam alif dal)
4 garçons : arb'at
ou awladin (alif ra ba 'ayn ta ) mais 14 garçons : arb'ata 'achara waladan (alif ra ba 'ayn ta ayn chin ra)

Pour certains noms, il existe deux sortes de pluriels internes (c'est l'intérieur du mot qui est modifié par rapport au singulier), l'un pour les petites quantité, moins de 10 ou 12 (pluriel de paucité), l'autre pour les grandes quantité (pluriel des pluriel).
Exemple : 1 âme : nafs (noun fa sin), 3 âmes : anfous (alif noun fa sin), 20 âmes : noufous (noun fa waw sin)

Il existe également le pluriel collectif désignant un ensemble.
Exemple : arbre : chajara
(chin jim ra ta), arbres : chajar (chin jim ra)
une vache : baqara
(ba qaf ra), vaches : baqar (ba qaf ra)
En français, "Les vaches ont tendance à charger et non à fuir" a le même sens que "La vache a tendance à charger et non à fuir"
( la vache désigne la race des vaches ).