.

 

29 Janvier 2009

Place de l'Opera - paris

 

Prise de l'Opéra ce soir ?

Ce mouvement peut s'arrêter net comme reprendre de plus belle et durer. Cela dépend. Imaginons que ce soir, il y ait occupation de l'Opéra. La Police a du y penser. Mais on a du mal à comprendre pourquoi la Police a accepté que la Manifestation se disperse à l'Opéra. C'est une vraie tentation. Plusieurs ont déjà du y penser. Il y a de fortes chances pour qu'il y ait des violences dans le quartier de l'Opéra.

Si l'Opéra est occupé, ce mouvement va durer. Que peut-faire Sarkozy ? Il ne sait pas négocier. Tout au moins il n'a pas montré ce talent. Il impose sans négocier. Il force, mais il n'entraîne pas. Il n'a pas su capitaliser sur ses 53%. Il ne peut que démissionner pour se représenter ou bien dissoudre l'Assemblée pour revoter (Chirac 2 !). Mais tout le monde a du y penser, gouvernement et syndicats.

Il va y avoir des bagarres violentes ? Le pouvoir le souhaite ? Pour ressusciter la peur de l'Ultra Gauche ? On dirait que c'esrt organisé pour que cela finisse mal.

Jeudi 29 janvier à 13h44

.

Oui ca chauffe un peu là bas, le JPP du JT va pouvoir faire sa une sur des poubelles qui crament, ouf! J'ai reussi à sortir de la nasse, je sais pas trop comment, la manoeuvre des crs étaient une magnifique provoc.

C'est pas ma première manif, loin s'en faut, mais les compagnons républicains ont effectué là un ballet parfait. Tout ce qui était à l'interieur est devenu casseur anarco-autonomiste (vous savez les dangereux terroristes anti-sncf) en moins de temps qu'il n'en faut à Hortefeux pour se passer les mains à la lingette nettoyante. On dira jamais à quel point un des points forts de ce gouvernement est de criminaliser toute constetation...Ce serait grotesque si c'était pas aussi mediaticogénique. Allez on remet ça demain?


Manifestant, salarié du privé, présent avec quelques collègues hier soir à 19h place de l'Opéra, je ne peux m'empêcher d'être interloqué par le récit des évènements, intervenus entre 19 et 20h ( nous n'étions plus sur les lieux par la suite ), tels qu'ils ont été relatés, notamment par diverses rédactions télévisuelles. Les manifestants présents étant décrits comme des personnes d'extrême gauche décidés à en découdre. S'il y avait bien un petit groupe reconnaissable d'anarchistes en première ligne face aux forces de l'ordre, la majorité des manifestants présents ( beaucoup d'étudiants ) n'étaient pas spécialement des vandales ou des casseurs munis de batons ou autres projectiles m'a-t-il semblé et étaient bien plus que 100 ou 200 ( bon nombre de manifestants affluaient encore depuis le boulevard derrière nous ). J'ai été personnellement surpris de la promptitude avec laquelle les CRS nous ont chargé à plusieurs reprises. A ce moment là je ne crois pas me souvenir que les manifestants aient eu une attitude particulièrement hostile ou violente à l'égard des CRS qui leurs faisaient face. Il n'y avaient principalement que des slogans ( dont "Sarkozy démission" ) et/ou des huées. Le président de la république a-t-il si peu de considération et de respect pour cette contestation, pour faire charger à 3 reprises ( au moins ) et sans sommation ( c'est en tout cas l'impression que j'ai eu ) les CRS sur des manifestants, pour beaucoup des gamins, qui a défaut d'être violent étaient avant tout déterminés à se faire entendre...Dommage également que les équipes de canal+ et itélé présents sur les lieux n'aient pas pris la peine de relater les faits avec un tout petit peu plus d'objectivité.

Samedi 31 janvier à 04h01

.

.

Quartier de l'opéra une véritable nasse policière:
Témoignages recueillis:

Opéra 19H45 environ hier soir alors que des manifestant-es arrivent encore de la Bastille une escouade de la Bac et des Pup (ou police urbaine proximité connues a paris pour leurs violence et leur racisme) en tenue anti émeute reconnaissables a leurs deux bandes bleues sur leur casques reçoivent l'ordre de couper la manifestation en deux , a l'angle des grand boulevards et de la place de l'opéra, sur la place toutes les issues a part une rue et la station de metro sont bloquées -20 heures des manifestant-es de tout ages , des salarié-es, des syndicalistes de tout bord furieux et révoltés ne voulant pas de cette interdiction avérée du droit de manifester s'approchent du cordon des P.u.p aussitôt ceux-ci chargent et matraquent a coup de tonfas sans aucunes retenues, il y a des camarades blessé-es, malgré la résistance courageuse des manifestant ceux-ci arrivent a nous repousser peu a peu loin de la place de l'opéra, sur cette même place Crs et autres mobiles repoussent tout les manifestant-es encerclées, vers le metro qui grouillent de flics en civils et de la DCRI et vers la seule rue qu'il n'ont pas bloqué 20h15 tentative de barricade quelques poubelles flambent mais l'encerclement continue, des renforts de Crs et de civils qui arrivent par le boulevard des italiens et de la station de metro Reuilly Diderot enserrent peu a peu les derniers manifestants, dans les petites rues les civils commencent des charges et des courses poursuites, par chance ils n'ont pas bloqués toutes les rue et on est pas mal a s'en être tirés sans coups ce qui tient quasiment du miracle vu le quadrillage policier qui c'est mis peu a peu en place dans ce quartier.

Bobards des medias ca continue: -Rien ou presque sur ces violences policières (ni sur la mobilisation) sur TFHAINE qui s'extasie tout son journal sur le succes du "service minimum" -f-Rance2 et f-Rance belent que les derniers manifestants qui se sont affrontés et se son fait matraquer sont tous des jeunes de moins de vingt ans ce qui est faux -Pour LCI l'annexe Sarkozyste de TFHAINE, BFM Tv et I TV (étrange d'ailleurs cette manière similaire de présenter les choses sur ces trois chaînes de désinformations) ce sont des militants d'extrême gauche qui ont provoqués la police comme par hasard bien sur , même son de cloche ou presque sur "Euronews" Et rien bien sur non plus ou presque sur les violences policières et le camarades blessé a saint Nazaire par une grenade "assourdissante" il n'y aurait eus que des "blessés légers" circulez il n'y a rien a voir avec les medias aux ordres et a la talonnette Sarkozyste -Un petit rectificatif Il y avait dans les derniers manifestants qui se sont fait matraquer dans le quartier de l'opéra, des jeunes certes mais pas que ça désolé messieurs les "journaliste"il y avait aussi des gens de tout age et de toutes conditions sociales, des passants qui a l'origine n'étaient pas des manifestants révoltés eux aussi par l'attitude de la police, des salarié-es, des syndicalistes indignés par les violences policières qui sont restés aussi, , bref des gens comme vous et nous qui se sont réveillés pour dire Non a l'ordre et au coups de Tonfas Sarkozystes, alors on est loin " des provocations de militants d'extréme gauche contre la police" comme cela a été bêlé en coeur et a l'unanimité par tout les "journalistes" des medias et des chaine de Tv de soit disante information des manifestant-es

.

Lors de la manifestation du jeudi 29 janvier 2009 à Paris entre Bastille et Opéra, je me suis fait battre sauvagement par des CRS, alors que je tentais de regagner l'entrée du métro.

Cela s'est passé vers 20 h 00, place de l'Opéra. Des agents de police et des gendarmes avaient divisé une partie du convoi. Le groupe où je me trouvais tentait de regagner la suite du cortège plus en avant. Des policiers nous dirigeaient vers le métro place de l'Opéra, lorsque des CRS nous ont bombé de lacrymogène et frappé à coups de bâtons et à coups de pieds, même au sol, alors que je n'y voyais plus du fait que mes lunettes ont été piétinées et que le gaz lacrymogène me brûlait les yeux, les coups n'ont pas cessé.

J'ai tenté de déposer une plainte à deux reprises suite à ces faits qui m'ont valu d'aller aux urgences pour faire constater les nombreuses ecchymoses qui me font encore souffrir.

A deux reprises et dans deux commissariats différents, les agents de police n'ont pu recueillir ma déclaration, l'un d'eux m'a discrètement remis un post-it avec la phrase « IGS Paris 12ème » afin de porter plainte.

A l'IGS, on m'a fait comprendre qu'une plainte contre les CRS sans pouvoir incriminer un individu en particulier ne servirait à rien, car je ne pouvais pas reconnaître l'agent qui m'a porté des coups. Je ne comprends pas que dans un pays où tous les individus naissent libres et égaux en droit, qu'on puisse encore se faire battre par une minorité d'agents qui servent le gouvernement.

Les blessures qui m'ont été affligées sont toutes autant physiques que psychologique, du fait qu'elles ne sont aucunement justifiées. Je me suis rendu compte à mes dépens qu'il ne fait pas bon être un travailleur dans la précarité.

Il y a 500 ans, on battait les esclaves pour qu'ils travaillent, aujourd'hui on bat les ouvriers pour qu'ils se taisent.

Un membre du syndical CGT des Egouts

 


retour à l'accueil
.

.

Un jeune homme a été grievement blessé par un crs vers 21h15 sur le boulevard reliant la place de l'opéra à république.

Ce jeune homme était en face de 5 crs qui empêchaient les gens de passer, il a provoqué verbalement le crs qui s'est soudainement emporté et à frappé le manifestant à la carotide avec sa matraque. Celui-ci semble avoir perdu connaissance immédiatement car il s'est écroulé par terre tête la première, sa tête a violemment heurté le bitume entraînant une hémorragie.

Le crs a rapidement reculé pour aller se fondre dans la masse des crs présents, son regard était apeuré, je pense que personne n'a pu le prendre en photo.

Les pompiers ont pris le jeune en charge immédiatement suite aux appels des manifestants, ils ont mis plusieurs minutes à le mettre sur la civière, il semblait grièvement blessé et avoir perdu connaissance.

Il s'agit d'une bavure inacceptable, j'ai carrément cru que le jeune homme était mort tellement le choc a été violent.

On ne parle presque pas de lui aujourd'hui, cela m'inquiète j'aimerais avoir de ces nouvelles, nous étions un groupe d'une dizaine de personnes autour de lui, quelqu'un a t'il des nouvelles ?

.

Vers 20h, place de l'opéra, il y a un jeune étendu sur le trottoir qui bouge plus trop, je me dis qu'il faut laisser passer les pompiers [...]


Au même moment, à quelques mètres de là, boulevard des Italiens, 3 personnes étaient évacuées, à demi-conscientes, sur des civières par les pompiers à la suite de charges de CRS. Toutes les trois étaient blessés à la tête dont une femme restant immobile au sol dans sa flaque de sang autour de sa tête. On a frôlé le drame ce soir là.


Ce sont des scènes de la future Guerre Civile qui s'annonce...


retour à l'accueil

 

.

Je sais pourquoi je meurs et j''en suis très fier