Classement du plus ancien au plus recent.


Anonyme a ecrit Il y a t'il une écoute à la base des armées Message écrit le mardi 6 novembre 2007 par stephane : L'écart est de plus en plus grand entre les hommes du rang, les sous officiers, les officiers subalternes avec leur commandement. L'écoute de la base peut permettre une meilleur analyse des besoins des hommes de terrain, pour éviter des achats inutilisés de materiel. représentant perso... 9/11/2007 Quid de ce qui mettent en oeuvre notre défense Il est surprenant, pour ne pas dire choquant, que la parole soit donnée à tout un panel de "personnalités", y compris des religieux, et que ceux qui mettent en oeuvre notre défense au jour le jour soit totalement écartés des auditions. Ainsi, qu'en est-il des représentants de ces agents (350 000 militaires et 80 000 civils). Leurs représentants (CSFM et organisations syndicales) ont certainement des choses aussi intéressantes à exprimer que les représentants des différentes confessions, surtout dans une république laique...

Anonyme a ecrit La prescription quadriennale fait obstacle au paiement de rappels de traitement au delà de quatre ans décomptés à partir du 1er janvier de l'année suivant celle de la naissance de la créance. Cependant par décision des autorités administratives compétente ] Les dettes de l'État et des collectivités publiques se prescrivent, selon le régime instauré par la loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968, sur un mode quadriennal. Selon le principe fondateur de cette loi, le paiement d'une créance détenue sur l'État doit intervenir dans un délai de quatre ans à compter du 1er janvier de l'année qui suit celle où les droits ont été acquis. Au- delà de ce délai, elle est prescrite, sauf interruption du délai de prescription et sous réserve des dispositions de ladite loi. RELEVE DE PRESCRIPTION - article 6 de la loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968 : " Les autorités administratives ne peuvent renoncer à opposer la prescription qui découle de la présente loi. Toutefois, par décision des autorités administratives compétentes, les créanciers de l'Etat peuvent être relevés en tout ou en partie de la prescription, à raison de circonstances particulières et notamment de la situation du créancier. La même décision peut être prise en faveur des créanciers des départements, des communes et des établissements publics, par délibérations prises respectivement par les conseils généraux, les conseils municipaux et les conseils ou organes chargés des établissements publics. Ces délibérations doivent être motivées et être approuvées par l'autorité compétente pour approuver le budget de la collectivité intéressée. " TEXTES : Loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968 relative à la prescription des créances sur l'Etat, les départements, les communes et les établissements publics. Décret n° 98-81 du 11 février 1998 modifiant la loi no 68-1250 du 31 décembre 1968 relative à la prescription des créances sur l'Etat, les départements, les communes et les établissements publics et relatif aux décisions prises par l'Etat en matière de prescription quadriennale. Décret n° 99-89 du 8 février 1999 pris pour l'application de l'article 3 du décret no 98-81 du 11 février 1998 modifiant la loi no 68-1250 du 31 décembre 1968 relative à la prescription des créances sur l'Etat, les départements, les communes et les établissements publics et relatif aux décisions prises par l'Etat en matière de prescription quadriennale .

Anonyme a ecrit Tiens, dans Libé, quelques jours plus tard [1], ces propos d'un CRS : « Vous savez, nous on est les "serpillières de la République", on nettoie la merde et on n'est pas là pour juger. Les mecs sont contents d'aller en manif plutôt que de tourner en rond dans les cités et d'arrêter pour la 30e fois dans la soirée Mouloud parce qu'il est basané. Ça, c'est n'importe quoi. On nous demande de faire du chiffre en banlieue avec les mis à disposition (personnes interpellées par les CRS et remises à des enquêteurs, ndlr). Sarko, quand il partira, il y aura des bouchons de champagne qui vont sauter chez nous. Il nous met une pression folle. Ça nous gave d'aller en banlieue. La plupart du temps, il ne s'y passe rien, c'est aussi calme que les centre-villes. » »

Anonyme a ecrit Chez les marins on ne fraude pas, chez les marins on ne triche pas. Ici, quand on manifeste, quand on a recours à la violence, ce n'est pas pour se distraire, ce n'est pas pour nuire à autrui, c'est parce qu'on est profondément désespéré et qu'on pense qu'on n'a plus de recours", a-t-il dit. "Aucune violence n'est acceptable dans la République mais je ne mets pas et je ne mettrai jamais sur le même plan la colère des pêcheurs qui ne veulent pas mourir et la violence gratuite des fraudeurs et des voyous", a ajouté Nicolas Sarkozy. "Parce qu'un pêcheur qui ne veut pas mourir, ce n'est pas un fraudeur et ce n'est pas un voyou." (c) Reuters 2007. All rights reserved.

Anonyme a ecrit http://www.betapolitique.fr/Sarkozy-la-tentation-de-la-guerre-39141.html

Anonyme a ecrit Cette guerre ne dit pas son nom, elle ne se montre pas, elle reste invisible et, seules ses victimes la connaissent. .Elle n'a rien de glorieux, elle est sans médaille. Elle est toujours perdue.

Anonyme a ecrit http://www.peripherie.asso.fr/patrimoine_activites.asp?id=92&idDossier=2

Anonyme a ecrit mise en scene de timisoara http://cappuyns-laetitia.heaj.be/travaux/conception/site2/verite.html

Anonyme a ecrit mailto depuis crysalid

Anonyme a ecrit Nous ne voulons pas sauver notre vie...Personne ne sortira vivant d´ici ... Nous voulons sauver la dignité humaine.´ Où cette phrase a-t-elle éte dite ? Bonne réponse : Ghetto de Varsovie 1943 (Arie Wilner)

Anonyme a ecrit http://www.filmo0x.com/index.php/crise-economique/crise-economique/Les-provocations-de-Sarkozy-Des-flics-casseurs-en-France.html

Anonyme a ecrit Dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 mars, nous sommes six à sortir d'un concert. Nous nous arrêtons dans une petite épicerie du Pré-Saint-Gervais. Sans le sou, nous sortons deux-trois bouteilles sous le manteau. L'épicier attrape une copine par la manche ; s'ensuit une petite bousculade. Enervé, le commerçant appelle la police. Trois minutes après et quelques centaines de mètres plus loin, une voiture banalisée pile et trois civiles de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) en sortent tonfas à la main et armé d'un révolver pour l'un d'eux. Et pareils à des chiens, ils nous aboient dessus et paraissent surexcités. Nous ne cherchons pas à fuir ni à résister, juste à les calmer. Nous sommes face au mur et les mains en l'air quand les insultes commencent : « parasites », « étrangers », « fouteurs de merde ». S'en suivent des menaces, puis des coups. Nous nous retrouvons plaqués au sol, la gueule en sang pour certains d'entre nous. A ce moment là, des renforts arrivent. Certains flics nous reconnaissent comme étant des squatters du quartier. Ils sont maintenant une dizaine à s'acharner à coups de rangers. Ils finissent par nous embarquer après cinq minutes de défouloir. Pendant le tabassage, l'un de nous traite les BAC de fachos. A quoi ils répondent fièrement : « On est pas des fachos, on est des nazis ! » Nous sommes placés en garde à vue au commissariat des Lilas. Sur place, un flic en tenue apparemment gradé s'acharne sur l'un d'entre nous : sa jambe est retournée (fracture du fémur) et il est laissé baignant dans son sang au milieu d'une quinzaine de keufs hilares qui le prient d'arrêter de jouer la comédie. Nous nous faisons frapper à chaque protestation. Il sera finalement hospitalisé deux heures après ; ainsi qu'un deuxième un peu plus tard. Nous sommes cinq à être suffisamment valides pour pouvoir passer devant la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Bobigny dans le cadre de la comparution immédiate, pour « vol, outrage, et violence sur agent de la force publique ». Suite à la plainte des agents Sébastien Médard, Jean-Philippe Gautrot, et Julien (les trois premiers BAC). Ceux-ci sont absents de l'audience, leurs dépositions contradictoires. L'épicier a retiré sa plainte pour vol. Toutefois l'inculpation est maintenue par le parquet. Ayant tous refusé la comparution immédiate, nous sommes incarcérées à Fleury-Mérogis jusqu'à la date du procès. Tandis que notre pote hospitalisé disparaît magiquement de la procédure dans laquelle il est toutefois cité comme « ayant glissé dans le commissariat », ce qui serait la raison de sa jambe brisée. A l'heure où il est de bon ton de faire des milliers de kilomètres pour manifester contre le capital et les violences policières, nous rappelons que le massacre a aussi lieu ici et maintenant. Alors que le tout-sécuritaire en vient désormais à interdire aux jeunes du 93 et d'ailleurs le simple fait de se rassembler dans un hall d' immeuble, il devient urgent de se battre en bas de chez soi. Nous appelons donc toutes les personnes qui se sentent concernées à venir nous soutenir : LE 25 MARS A 13H00 DEVANT LA 17E CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU PALAIS DE JUSTICE DE BOBIGNY (métro Bobigny-Pablo Picasso)

Anonyme a ecrit La fréquentation des débits de boissons et autres restaurants n'est pas une activité recommandée pour une poignée des 136 000 policiers français. Après le sanglant épisode du restaurant de Franconville (Val-d'Oise), où le 1er février un fonctionnaire en état d'ivresse est soupçonné d'avoir grièvement blessé par balle un ex-serveur, ce sont trois policiers d'Amiens (Somme) qui ont été suspendus pour avoir tenu des propos racistes et antisémites dans un bar de la ville. Jeudi, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a condamné «avec la plus grande fermeté ces actes et propos intolérables». Vendredi, ils étaient en garde à vue, en compagnie de deux autres personnes, au commissariat d'Amiens, où ils étaient interrogés par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices). «Surprise». Les faits qui sont reprochés à ces cinq personnes remontent à la nuit du 1er au 2 février. Vers 23 h 30, le groupe fait irruption dans le pub My Goodness, qui à cette heure est bondé. «Il y avait beaucoup de brouhaha, mais mon client a remarqué les gestes des policiers, bras tendus. Passé la surprise, il a réalisé de quoi il en retournait», raconte Me Hubert Delarue, l'avocat du patron du bar. Selon plusieurs témoignages, le groupe est entré dans le pub aux cris de «sieg heil», avant de trinquer en criant des propos violemment antisémites entrecoupés de saluts hitlériens. Les trois policiers - un brigadier-chef d'une quarantaine d'années et deux gardiens de la paix trentenaires - étaient en civil et avaient quitté leur service une demi-heure plus tôt, selon une source policière. Le patron du bar, cité par Me Delarue, raconte que les suspects étaient passablement «énervés», mais pas «saouls», et se sont «lancés dans des diatribes verbales accompagnées de gestes en rapport». «Ils ont tenu des propos racistes, antisémites et xénophobes.» Un des policiers aurait lancé : «Je suis prêt à foutre ma carrière en l'air pour éviter la colonisation de mon pays par les négros et les bougnoules.»«On est des flics, tu n'es qu'une sous-merde», et l'appartenance au «white power» figurent aussi parmi les propos racistes et néonazis rapportés par des témoins. Deux employés d'origine africaine sont également pris à parti par le groupe. La tension monte dans le pub, où des consommateurs veulent en venir aux mains. «Mon client a tout fait pour temporiser et éviter d'autres débordements, affirme Me Delarue. Un employé leur a demandé d'arrêter ou de quitter le bar. [.] Le patron leur a demandé à son tour. Ils ont fini par partir en maugréant, tout en menaçant [le patron] de représailles si la chose s'ébruitait», a-t-il ajouté. Le procureur de la République d'Amiens a précisé avoir reçu vendredi une plainte du patron du bar pour «menaces sous condition» et avoir ordonné une enquête jointe sur cet aspect. Le My Goodness, situé dans un quartier animé, est un «établissement tout à fait correct, où il semble qu'ils [les policiers,ndlr] allaient parfois», a souligné le procureur. «Ils n'en étaient pas des piliers, mais ils ont été identifiés comme policiers par plusieurs clients. Par ailleurs, selon Me Delarue, les cinq hommes auraient tous fait état d'une qualité de policier» lors de leur passage dans le bar. Des clients ont apporté leurs témoignages écrits au patron, qui les a transmis à la police, selon l'avocat. Le syndicat de policiers Alliance de la Somme s'est dit étonné par l'affaire, affirmant que, si les faits étaient «avérés, c'est inacceptable».«Ils étaient bien notés et faisaient bien leur travail», a souligné Didier Courtin, secrétaire départemental du syndicat. «Deux d'entre eux avaient même été décorés il n'y a pas longtemps», a-t-il précisé. «On n'a jamais vu de comportements anormaux» de leur part. «Déontologie».Selon une autre source policière, les trois fonctionnaires étaient proches ou affiliés à la Fédération professionnelle indépendante de la police, un syndicat minoritaire d'extrême droite. Selon une autre source, l'un d'eux aurait fait des campagnes pour le Front national, un autre est marié avec une femme ayant été membre du Parti des forces nouvelles (extrême droite). Pour Joaquin Masanet, secrétaire général de l'Unsa police, principal syndicat des gardiens de la paix, «des gens qui tiennent de tels propos n'ont plus rien à voir avec la police nationale, qui a un code de déontologie et affiche la déclaration des droits de l'homme dans chaque commissariat».

Anonyme a ecrit c'est bizarre, j'ai l'impression de toujours vivre dans un cycle ! Quand j'avais 7 ans (...1952) dans la communale de 2 classes (garçons only ) à la récréation nous jouions aux 4 coins mais de façon un peu spéciale, les petits (dont j'étais) juchés sur les épaules des grands de 14 ans. Un camarade de mon âge a fait un croque-en-jambe à mon "cheval", résultat: radius gauche brisé en 2 cassures avec déplacement du bout d'os entre les fractures. Mes parents, entre notre portail et celui de l'école il y avait bien ...3 mètres) n'ont même pas vu mon maître d'école, et Jean-Paul "mon bourreau" n'a eu aucune punition, c'était un aléa de la vie ! Entre mes 10 et 15 ans j'habitais Guérande (44), il y avait une communale mixte (50 élèves environ), un collège catho de filles et un collège catho garçons de 600 élèves (avec des classes de 64 élèves, j'ai compté dernièrement une photo de 6ème) où par l'absence d'établissement public j'étudiais. Je ne me rappelle pas d'une récrée (surveillée) sans au moins une petite bagarre ! Jamais un garçon parlait à une fille, elle serait aussitôt désignée comme fille perdue, à 10 ans ! Quand les élèves de la communale rencontraient ceux du collège catho, c'était la bagarre, mais je n'ai vu qu'une fois un couteau sorti, sans suite! L'année scolaire 1959/1960, donc l'année de mes 14 ans, j'étais au Centre d' apprentissage à Sud-Aviation (Aérospatiale maintenant) de Saint-Nazaire, il y avait quelques poignards dans les cartables et les Américains de l'OTAN étant à Saint-Nazaire, des trafics de cigarettes avaient lieu dans les classes ! C'était une époque où à chaque grêve (nombreuses) les machines à écrire de Sud-Aviation ou des Chantiers Navals de Penhoët apprenaient à voler depuis les fenêtres des bureaux ! Encore aujourd'hui des anciens ouvriers de 80 ans provoquent les jeunes : "nous, on l'a tué notre CRS, vous êtes des poules mouillées !" Que l'on ne nous parle pas toujours de la douceur des "Trente glorieuses"! Habitant ensuite la banlieue sud de Nantes, je peux certifier que si un garçon étranger à la commune venait sur les quais de Trentemoult, à REZE, il faisait un plongeon non volontaire en Loire ! J'avais des copains qui faisaient le challenge des jours d'école buissonnière ! Et les bandes ? dans Nantes au début des années 60 une bande de 50 "blousons noirs" appelée la "bande du Commerce" (du nom d'une des principales places de Nantes) séviçait, son action s'est terminée quand ils sont devenus ...CRS ! Le phénomène actuel est le même ! Seulement la société s'est relachée ! Un marchand d'armes de tir et de chasse n'aurait jamais, pour un maigre bénéfice, vendu un poignard à un mineur (21 ans !) Si la police essayait de maintenir l'ordre dans l'ouest de Nantes, (Chantenay, Couéron où dans un bar comme le "Cordon bleu" il y avait au moins un tué à l'arme blanche par an !) ailleurs elle était plus conviviale et l'action amenant la réaction les heurts violents étaient très faibles. Nous n'étions pas des anges, loin de là ! mais nous n'avions qu'une faible connaissance de ce qui se passait ailleurs, et donc pas de surenchère ! Peu de familles ouvrières avaient la telé ! Et en mai 68 la violence à Nantes fut telle que sans l'intervention de l'evêque Mgr Vial le préfet aurait fait tirer sur les manifestants la nuit du 24 mai.

Anonyme a ecrit Pierre B. 05.10.09 | 21h45 L"information est essentielle. Si j'avais su ce qu'était la vie d'un doctorant j'aurais tout fait pour empêcher notre fils de faire une thèse de physique des matériaux et épuisé et peu soutenu de son directeur de thèse préférer la mort à la poursuite de la galère à trois mois du but. (forum du monde)

Anonyme a ecrit http://209.85.229.132/search?q=cache:tT3BWB58EMQJ:www.safari-tanzanie.com/safari/grande-migration-des-gnous.html+gnous+milliers+maras+crocodiles+migration&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit Oui ca chauffe un peu là bas, le JPP du JT va pouvoir faire sa une sur des poubelles qui crament, ouf! J'ai reussi à sortir de la nasse, je sais pas trop comment, la manoeuvre des crs étaient une magnifique provoc. C'est pas ma premiere manif, loin s'en faut, mais les compagnons républicains ont effectué là un ballet parfait. Tout ce qui était à l'interieur est devenu casseur anarco-autonomiste (vous savez les dangereux terroristes anti-sncf) en moins de temps qu'il n'en faut à Hortefeux pour se passer les mains à la lingette nettoyante. On dira jamais à quel point un des points forts de ce gouvernement est de criminaliser toute constetation...Ce serait grotesque si c'était pas aussi mediaticogénique. Allez on remet ça demain?

Anonyme a ecrit Prise de l'Opéra ce soir ? Ce mouvement peut s'arrêter net comme reprendre de plus belle et durer. Cela dépend. Imaginons que ce soir, il y ait occupation de l'Opéra. La Police a du y penser. Mais on a du mal à comprendre pourquoi la Police a accepté que la Manifestation se disperse à l'Opéra. C'est une vraie tentation. Plusieurs ont déjà du y penser. Il y a de fortes chances pour qu'il y ait des violences dans le quartier de l'Opéra. Si l'Opéra est occupé, ce mouvement va durer. Que peut-faire Sarkozy ? Il ne sait pas négocier. Tout au moins il n'a pas montré ce talent. Il impose sans négocier. Il force, mais il n'entraîne pas. Il n'a pas su capitaliser sur ses 53%. Il ne peut que démissionner pour se représenter ou bien dissoudre l'Assemblée pour revoter (Chirac 2 !). Mais tout le monde a du y penser, gouvernement et syndicats. Il va y avoir des bagarres violentes ? Le pouvoir le souhaite ? Pour ressusciter la peur de l'Ultra Gauche ? On dirait que c'esrt organisé pour que cela finisse mal. Jeudi 29 janvier à 13h44

Anonyme a ecrit http://i81.servimg.com/u/f81/09/01/19/79/barric10.jpg

Anonyme a ecrit http://www.police-info.com/pn/index.php?act=Search&nav=au&CODE=show&searchid=f6d1da1526058647a6541bf385c6990e&search_in=posts&result_type=posts&hl=&st=3925

Anonyme a ecrit Décret n° 62-765 du 6 juillet 1962 portant règlement sur la comptabilité publique en ce qui concerne la liquidation des traitements des personnels de l'État Premier ministre ; Finances et affaires économiques - JO du 11-07-1962 Vu D. du 31-05-1862, ensemble les règlements d'exécution ; O. n° 59-244 du 04-02-1959, not. art. 22 ; art. 4 de L. F. rectificative pour 1961 n° 61-825 du 29-07-1961 ; Conseil d'État (section finances) entendu. Art. 1er. - Les traitements et les émoluments assimilés aux traitements alloués aux personnels de l'État et des établissements publics de l'État à caractère administratif visés à l'article 4 de la loi de finances n° 61-825 du 29 juillet 1961 se liquident par mois et sont payables à terme échu. Chaque mois, quel que soit le nombre de jours dont il se compose, compte pour trente jours. Le douzième de l'allocation annuelle se divise, en conséquence, par trentièmes ; chaque trentième est indivisible. Art. 2. - Le ministre des finances et des affaires économiques est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Anonyme a ecrit Circulaire n° 1960 du 01 octobre 1999 relative à l'élaboration et la publicité des textes relatifs à la rémunération des fonctionnaires. 2.3. Le rythme de paiement des traitements et des émoluments assimilés aux traitements est mensuel, à terme échu, en application du décret n° 62-765 du 6 juillet 1962 portant règlement sur la comptabilité publique en ce qui concerne la liquidation des traitements des personnels de l'Etat.

Anonyme a ecrit http://docs.google.com/gview?a=v&q=cache:c48xVowHMGYJ:www.fnact.com/LIBRE/JUR-vie-CE27jui08.pdf+Décret+n°+62-765+calendrier+virement&hl=fr&gl=fr retenues grève mvt retraites 2003

Anonyme a ecrit positions du fonctionnaire avant 83/84 http://admi.net/jo/dec59-309.html

Anonyme a ecrit Payable à terme échu Paiement qui doit être effectué le dernier jour de la période retenue dans le contrat (année, semestre, trimestre ou mois).

Anonyme a ecrit qui est responsable de la situation dans laquelle nous nous trouvons! la question mérite d'être posée Qui met le gyro 2 tons pour essayer d'interpeller le conducteur d'un véhicule qui n'a pas mis la ceinture de sécurité ! A mon avis , la hiérarchie ne cautionne pas ce genre d'intervention même si la pression du chiffre est la! Nos collègues creusent leur tombe eux même dans les interventions ce n'est pas une généralité mais cela existe Alors, il est aisé de dire que les journalistes en font trop ne leur donnons pas le bâton pour nous battre et que lon dise pas non plus que c'est la faute des syndicats :- Chacun peut faire son boulot avec discernement Mais politiquement et syndicalement , ce n'est pas correct de le dire
source forum sgp 95 lumio

Anonyme a ecrit http://209.85.229.132/search?q=cache:bKId6GZWNXMJ:www.saint-nazaire.maville.com/actu/actudet_-Peine-de-prison-annulee-apres-la-manif-du-29-janvier-_loc-1034781_actu.Htm+attroupement+illicite&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit 15 septembre 2009 Grève au Port de Marseille: les agents CGT protestent contre des gardes-à-vue SOCIAL. Une soixante d'agents CGT ont envahi ce matin la chambre de commerce de Marseille pour protester contre les gardes-à-vue de trois d'entre eux. Lire la suite Interpellés lundi dans le cadre de l'enquête sur le saccage, en juin, du bureau du directeur, les trois agents « ont été libérés ce mardi matin », a annoncé Pascal Galéoté (CGT du Port). Qui proteste: « C'est la CGT qui est visée! Parce que nous nous battons pour que les bassins Est [à Marseille] conservent une activité industrielle, et ne passent pas à la croisière et au tourisme. » Les agents se sont mis en grève lundi à l'annonce des gardes-à-vue. Selon la direction du port, sur les bassins Ouest (Fos), les terminaux pétroliers étaient touchés, avec dix bateaux en rade. Les terminaux de marchandises (conteneurs, minerais) fonctionnaient normalement. Sur les bassins Est (Marseille), le mouvement n'avait guère d'incidence. Avec la fin des gardes-à-vue, la grève pourrait s'arrêter. « On n'a pas vocation à paralyser l'activité », dit Pascal Galéoté. Le Port est secoué depuis plusieurs mois par des mouvements de grève et des actions parfois violentes portant sur l'application de la réforme portuaire, qui impose de transférer l'activité de manutention à des opérateurs privés. Jeudi dernier, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté leur soutien à deux agents CGT. Soupçonnés d'avoir blessé un policier lors d'une manifestation en mars, ils doivent comparaître devant le tribunal correctionnel en octobre. Fin juin, une quarantaine de personnes en tenue de travail du port, dont certaines cagoulées et armées de haches et de barres de fer, ont saccagé le bureau du directeur général. « On ne peut que déplorer ce qui s'est passé, assure Pascal Galéoté. Aucun salarié ne se lève le matin en se disant "je vais avoir une réaction violente". Mais quand le directeur menace de licenciement sec des agents qui n'adhèrent pas à son projet, c'est aussi un acte de violence psychologique. » Depuis, syndicat et direction ont signé un accord, en août, sur l'application de la réforme du port, notamment au terminal de conteneurs de Mourepiane (bassins Est, à Marseille). La CGT estime que « la situation sociale s'apaise ». Elle doit annoncer demain « des possibilités de débouchés dans la réparation navale ». Ces mouvements sociaux interviennent alors que le Port a communiqué hier des résultats en baisse. Son activité, fin août, avait chuté de 13% sur les huits premiers mois de l'année par rapport à 2008 (55.69 millions de tonnes). L'activité du mois d'août accuse elle une baisse de 16%. M.H.

Anonyme a ecrit http://209.85.229.132/search?q=cache:mIv8kJLbOPIJ:www.davduf.net/malik-oussekine-les-voltigeurs-et.html+grenade+lacrymo+main+arrachée&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit Quartier de l'opéra une véritable nasse policière: Témoignages recueillis: Opéra 19H45 environ hier soir alors que des manifestant-es arrivent encore de la Bastille une escouade de la Bac et des Pup (ou police urbaine proximité connues a paris pour leurs violence et leur racisme) en tenue anti émeute reconnaissables a leurs deux bandes bleues sur leur casques reçoivent l'ordre de couper la manifestation en deux , a l'angle des grand boulevards et de la place de l'opéra, sur la place toutes les issues a part une rue et la station de metro sont bloquées -20 heures des manifestant-es de tout ages , des salarié-es, des syndicalistes de tout bord furieux et révoltés ne voulant pas de cette interdiction avérée du droit de manifester s'approchent du cordon des P.u.p aussitôt ceux-ci chargent et matraquent a coup de tonfas sans aucunes retenues, il y a des camarades blessé-es, malgré la résistance courageuse des manifestant ceux-ci arrivent a nous repousser peu a peu loin de la place de l'opéra, sur cette même place Crs et autres mobiles repoussent tout les manifestant-es encerclées, vers le metro qui grouillent de flics en civils et de la DCRI et vers la seule rue qu'il n'ont pas bloqué 20h15 tentative de barricade quelques poubelles flambent mais l'encerclement continue, des renforts de Crs et de civils qui arrivent par le boulevard des italiens et de la station de metro Reuilly Diderot enserrent peu a peu les derniers manifestants, dans les petites rues les civils commencent des charges et des courses poursuites, par chance ils n'ont pas bloqués toutes les rue et on est pas mal a s'en être tirés sans coups ce qui tient quasiment du miracle vu le quadrillage policier qui c'est mis peu a peu en place dans ce quartier. Bobards des medias ca continue: -Rien ou presque sur ces violences policières (ni sur la mobilisation) sur TFHAINE qui s'extasie tout son journal sur le succes du "service minimum" -f-Rance2 et f-Rance belent que les derniers manifestants qui se sont affrontés et se son fait matraquer sont tous des jeunes de moins de vingt ans ce qui est faux -Pour LCI l'annexe Sarkozyste de TFHAINE, BFM Tv et I TV (étrange d'ailleurs cette manière similaire de présenter les choses sur ces trois chaînes de désinformations) ce sont des militants d'extrême gauche qui ont provoqués la police comme par hasard bien sur , même son de cloche ou presque sur "Euronews" Et rien bien sur non plus ou presque sur les violences policières et le camarades blessé a saint Nazaire par une grenade "assourdissante" il n'y aurait eus que des "blessés légers" circulez il n'y a rien a voir avec les medias aux ordres et a la talonnette Sarkozyste -Un petit rectificatif Il y avait dans les derniers manifestants qui se sont fait matraquer dans le quartier de l'opéra, des jeunes certes mais pas que ça désolé messieurs les "journaliste"il y avait aussi des gens de tout age et de toutes conditions sociales, des passants qui a l'origine n'étaient pas des manifestants révoltés eux aussi par l'attitude de la police, des salarié-es, des syndicalistes indignés par les violences policières qui sont restés aussi, , bref des gens comme vous et nous qui se sont réveillés pour dire Non a l'ordre et au coups de Tonfas Sarkozystes, alors on est loin " des provocations de militants d'extréme gauche contre la police" comme cela a été bêlé en cur et a l'unanimité par tout les "journalistes" des medias et des chaine de Tv de soit disante information des manifestant-es

Anonyme a ecrit http://video.aol.fr/video-detail/deux-chants-rvolutionnaires-de-laprs-mai-68/72057636330856061

Anonyme a ecrit http://209.85.135.132/search?q=cache:risZmXRg4bMJ:regardeavue.com/index.php/2006/05/21/10-sans-casque-ni-bouclier-temoignage-dun-ex-officier-de-police+forum+police+officier+syndicat&cd=22&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit http://www.dailymotion.com/relevance/search/le+gentil+CRS+/video/xm68p_le-gentil-crs_life

Anonyme a ecrit 20 mars 2001. La Cour de Versailles condamne les policiers responsables de la mort du jeune Aïssa Ihich, dix-neuf ans, le 27 mai 1991, à dix mois de prison avec sursis. Ils l'avaient matraqué au sol et frappé (devant un groupe de CRS qui ont témoigné), puis privé de ses médicaments lors de sa garde-à-vue. Le jeune homme, asthmatique, avait réclamé ses médicaments, et ses parents étaient passés au commissariat pour les lui faire transmettre - en vain. La Cour d'Appel de Versailles réduira finalement la peine des policiers à huit mois de prison avec sursis - ce qui leur permettra de ne pas être révoqués, et de bénéficier de l'amnistie présidentielle (applicable uniquement aux peines inférieures à neuf mois de prison).

Anonyme a ecrit Manifestant, salarié du privé, présent avec quelques collègues hier soir à 19h place de l'Opéra, je ne peux m'empêcher d'être interloqué par le récit des évènements, intervenus entre 19 et 20h ( nous n'étions plus sur les lieux par la suite ), tels qu'ils ont été relatés, notamment par diverses rédactions télévisuelles. Les manifestants présents étant décrits comme des personnes d'extrême gauche décidés à en découdre. S'il y avait bien un petit groupe reconnaissable d'anarchistes en première ligne face aux forces de l'ordre, la majorité des manifestants présents ( beaucoup d'étudiants ) n'étaient pas spécialement des vandales ou des casseurs munis de batons ou autres projectiles m'a-t-il semblé et étaient bien plus que 100 ou 200 ( bon nombre de manifestants affluaient encore depuis le boulevard derrière nous ). J'ai été personnellement surpris de la promptitude avec laquelle les CRS nous ont chargé à plusieurs reprises. A ce moment là je ne crois pas me souvenir que les manifestants aient eu une attitude particulièrement hostile ou violente à l'égard des CRS qui leurs faisaient face. Il n'y avaient principalement que des slogans ( dont "Sarkozy démission" ) et/ou des huées. Le président de la république a-t-il si peu de considération et de respect pour cette contestation, pour faire charger à 3 reprises ( au moins ) et sans sommation ( c'est en tout cas l'impression que j'ai eu ) les CRS sur des manifestants, pour beaucoup des gamins, qui a défaut d'être violent étaient avant tout déterminés à se faire entendre...Dommage également que les équipes de canal+ et itélé présents sur les lieux n'aient pas pris la peine de relater les faits avec un tout petit peu plus d'objectivité. Samedi 31 janvier à 04h01

Anonyme a ecrit Le poteau rose, ou comment emmener doucement une nation a la guerre civile : D un coté, la pression sociale, l inexistant partage des richesse pousse chaque jour plus de personnes dans la misere et donc par effet domino, la proportion de delinquants, de consommateurs de drogues, de violences, subies comme comises, augmentent aussi. De l autre, les forces de l ordre sont eux aussi soumis a la pression ; sociale et professionnelle. Ils sont en manque de moyens, mais leur objectifs chiffrés ne font qu augmenter (comme dans la pluspart des entreprises d ailleur). Si l on ajoute a cela le fait que les quartiers sensibles sont gerés a l inverse meme du bon sens (manque de moyens toujours, ordres inadaptés, l ex type d arreter 3 fumeurs de joints plutot qu un gros bonet) font que tot ou tard, si les deux bords ne s elevent pas contre les pratiques mises en oeuvres, les rapports de forces deviendront ingerable. La delinquence ne peut, dans ces conditions, que croitre. Aujourdhui, les forces de l ordre ne tuent quasiment plus ; c est un fait. Tant que les forces de l ordre peuvent gerer la foule a l aide de gaz lacrymogene et de flashball, ca ira... mais pas pour tres longtemps encore. La reponse est proportionnelle aux actes auquelles elle fait face. Le jour ou suffisement de gens seront suffisement desesperés pour refusé de reculer sous les coups de tonfa et de lacrymo, nous devront faire face a de tres graves evenements. Une fois ce stade depassé, il sera tres dur de faire machine arriere. Trouble periode.

Anonyme a ecrit Si vous ne l'avez pas vu, moi j'étais au première loge. Je les ai vus. Entre 21h00 et 21h30, les CRS se jetaient comme des chiens sur les derniers manifestants, un homme qui s'est retrouvé encerclés par les CRS et qui tentait de fuir a été assomé à coups de matraques, il ne s'est pas relevé, tombé à terre, il ne bougeait plus du tout. Il est parti sur une civière dans un camion de pompiers, depuis pas de nouvelles. Qu'avait-il au juste ? Pourquoi libé ne rend pas compte de ces incidents ? La manifestation se déroulait parfaitement, aucun heurts, pas de brutalité, pas de policiers sur le parcours, du jamais vu, mais en arrivant à proximité de l'opéra, tous les accès étaient bloqués. Un tel déploiement des forces de l'ordre à l'arrivée du parcours était-il nécessaire ? Rien ne le prouve. Force est de constater : quand le chat n'est pas là, les souris dansent... Vendredi 30 janvier à 23h33

Anonyme a ecrit Oui ca chauffe un peu là bas, le JPP du JT va pouvoir faire sa une sur des poubelles qui crament, ouf! J'ai reussi à sortir de la nasse, je sais pas trop comment, la manoeuvre des crs étaient une magnifique provoc. C'est pas ma premiere manif, loin s'en faut, mais les compagnons républicains ont effectué là un ballet parfait. Tout ce qui était à l'interieur est devenu casseur anarco-autonomiste (vous savez les dangereux terroristes anti-sncf) en moins de temps qu'il n'en faut à Hortefeux pour se passer les mains à la lingette nettoyante. On dira jamais à quel point un des points forts de ce gouvernement est de criminaliser toute constetation...Ce serait grotesque si c'était pas aussi mediaticogénique. Allez on remet ça demain?

Anonyme a ecrit droit adm police nationale http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005618761&dateTexte=20090815 http://209.85.229.132/search?q=cache:H4YJi6Hah3AJ:www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do%3Bjsessionid%3D43FCE45995FA262A23E73FAC6E123257.tpdjo11v_2%3FcidTexte%3DJORFTEXT000000785734%26categorieLien%3Dcid%26dateTexte%3D+2004-1439+du+23+décembre+2004&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr http://209.85.229.132/search?q=cache:I21n5rfSLk0J:textes.droit.org/JORF/2009/04/22/0094/0011/+statut+particulier+police+nationale+actif&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit droit adm PN http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005618761&dateTexte=20090815

Anonyme a ecrit http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/lois_decrets_et_circulaires/bomi/n-2006-6/downloadFile/file/BOMI_20060006.pdf?nocache=1177242155.51

Anonyme a ecrit legalite sactions disc sans garanties PN http://209.85.229.132/search?q=cache:H3DARACxT5MJ:www.easydroit.fr/jurisprudence/Conseil-d-Etat-5-3-SSR-du-18-fevrier-1998-170828-mentionne-aux-tables-du-recueil-Lebon-17082/J38163/+Décret+n°95-654+du+9+mai+1995+cessation+travail+jurisprudence&cd=16&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit http://209.85.229.132/search?q=cache:o1VxakDV_NQJ:droit-finances.commentcamarche.net/forum/affich-3961875-traitement-delai-recuperation-trop-percu+jurisprudence+fonctionnaire+pas+de+traitement&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit http://forcesdepolice.forumactif.com/tout-sur-la-police-nationale-f1/chasse-ou-poursuite-t80.htm

Anonyme a ecrit http://dechainees.cluster1.easy-hebergement.net/interview10.html

Anonyme a ecrit A l'appel des syndicats, ils étaient 1500 manifestants -selon la police- venus de la France entière, à se rassembler, ce jeudi matin, devant le Centre des congrès de Lyon où se tenait l'assemblée de la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d'Aide à la Personne (FEHAP). Ils entendaient riposter contre la casse des conventions collectives du secteur médico-social. Le drame s'est noué après un gazage des CRS qui s'est accompagné d'un mouvement de foule. L'une des grilles installées au sol, devant la brasserie de la Cité Internationale, a cedé entraînant plus de 3 mètres plus bas, trois salariées de la Clinique Mutualiste de Saint-Etienne. Si l'une d'entre elle, âgée de 27 ans, s'en est sortie avec de légères blessures, deux de ses collègues ont eu beaucoup moins de chance. Il a fallu l'intervention des pompiers du groupe d'intervention en milieu périlleux, pour extraire les deux victime, âgées de 40 et 50 ans. Grièvement blessées, elles ont été transportées à Lyon sud et à l'hôpital Edouard-Herriot. L'état de l'une d'elle inspirait de grandes inquiètudes. Le progrès - 6 octobre 2011

Anonyme a ecrit Depuis cet arrêté de la cour de cassation (12 mai 2004), les trésoreries amendes n'utilisent plus l'ATD et pour cause, l'OA est encore plus souple et efficace pour eux car les délais de reversement sont plus court que l'ATD (2 mois pour l'ATD par coutume des banques, 15 jours pour l'OA si mes souvenirs sont exacts), normalement seule la somme en cause est bloqué avant reversion alors que l'ATD bloque tout le compte...

Anonyme a ecrit Nous avons un sénat d'aristocrates. Ils se créent eux même leurs privilèges somptuaires en abusant de notre histoires ils prétendent à une légitimité dans ces abus : cette assemblée ne serait rien sans les révolutions, les révoltes et les guerres contre le fanatisme et le fascisme, les grèves contre les esclavagistes et les exploiteurs, il profitent de toutes les luttes des citoyennes et des citoyens de ce pays et même d'ailleurs au lieu d'en être les humbles et reconnaissants serviteurs. Je propose que demain ou a la prochaine assemblée , un sénateur courageux, pour montrer son mépris à l'encontre de ces pratiques et pour montrer sa solidarité à l'égard des efforts que chacun fournit en France au quotidien, chante le : "Ha ça ira, ça ira ça ira les aristocrates à la lanterne .." pour rappeler à chacun que rien n'est éternel et que l'injustice provoque des émotions que l'histoire n'a jamais, mais vraiment pu résorber tant les souffrances sont insurmontables. Cette assemblée pourra alors peut être entendre que ce chant n'est pas un chant de joie, mais de sacrifice. Au lieu de vous voter des primes mettez vous au boulot au côtés des Français. Je propose qu'un sénateur de plus de 62 ans travaille bénévolement et que les autres travaillent au smic. On verra si leur "vocation pour la France" résiste longtemps.(forum libé 05/07/2011)

Anonyme a ecrit Dominique Monjardet (1)D. Monjardet, "Notes inédites sur les choses policières (1999-2006?), éditions La Découverte.

Anonyme a ecrit Communiqué de la Fédération de la Police CGT Le vendredi 10 décembre 2010 des policiers en service manifestaient devant le TGI de Bobigny contre un jugement condamnant sept policiers pour dénonciation calomnieuse et faux en écriture publique. Il est inadmissible dans une démocratie de voir des policiers en service et en uniforme manifester devant un tribunal républicain contre une décision de justice. Il est inadmissible de lire et d'entendre des commentaires qui comparent sur une même échelle les actions condamnables des policiers et celles des délinquants. Il ne faut pas non plus raviver des tensions entre les magistrats et les policiers qui utiliseront les voies de recours à leur disposition. Il n'est pas question de cautionner les faits commis par ces policiers qui déshonorent la profession et ce dans un secteur déjà extrêmement sensible qu'est la Seine Saint Denis. Cette manifestation spontanée exprimait un malaise grandissant dans une corporation qui pâtit de l'utilisation politique des deux institutions qui doivent être exclusivement au service des citoyens. Le Bureau Fédéral, 14 décembre 2010 police.cgt.fr

Anonyme a ecrit (blog georges moreas) Autant de petits cadeaux accompagnés d'une missive signée Honneur de la police. Cette mystérieuse faction avait déjà fait parler d'elle dans le passé, mais cette fois en revendiquant des actions criminelles, comme l'attentat contre la voiture de Maurice Lourdez, responsable du service d'ordre de la CGT. Il était reproché au dit service d'ordre des violences contre un policier (Le Xuan) lors d'une manifestation, le 23 mars 1979. La lettre de revendication adressée à l'AFP dénonçait le laxisme du ministre de l'Intérieur (Christian Bonnet), en affirmant : « Les policiers de tout grade, solidaires, se préparent désormais à assurer eux-mêmes leur défense ».

Anonyme a ecrit (21/02/2011) Un homme s'immole par le feu devant le Palais de justice de Paris. Ce quadragénaire a été secouru par les pompiers détachés au tribunal. Aucune indication n'a été donnée sur son état de santé. comment :obscène à la hauteur de l'obscénité de notre société individualiste et basée uniquement sur la valeur argent. Ceux qui s'immolent, se font sauter dans une rame de métro, n'ont souvent que leur vie à mettre en jeu dans la balance, et c'est bien souvent ce qu'on oublie de constater. On en est au point, ou, dans de plus en plus de villes, pour de plus en plus de personnes, la vie n'a plus aucune valeur si ce n'est pour revendiquer un mal-être. Mais comment en sommes nous arrivés là ??? Comment ?? Lundi 21 février à 17h11

Anonyme a ecrit http://www.ecouterlirepenser.com/textes/as_fc_pieds.htm amelie sorignet sur la pointe des pieds

Anonyme a ecrit L'exaspération des vignerons était à son comble. En face, une compagnie de CRS avait l'ordre de dégager la voie. Ils s'apprêtèrent donc à charger comme ils en avaient tant l'habitude depuis quelques années. Mais du côté des vignerons ce n'était plus des pavés que l'on s'apprêtait à lancer. La garrigue n'en offrait pas, de toutes façons. Les fusils de chasse sortirent des coffres des voitures, et comme à la parade, une salve fut tirée sur les forces de l'ordre. Une fusillade nourrie s'ensuivit. Les CRS se réfugièrent derrière leur véhicule, les vignerons s'éparpillèrent dans la garrigue. Je n'assistais pas à cette scène mais des amis proches m'ont raconté l'irréalité des balles, le surréalisme de la situation qui s'est poursuivie jusqu'à la mort de deux personnes. Tout aurait pu basculer comme on l'a vu dans bien des endroits en Europe depuis. Mais non la présence de la mort avait tout arrêté net, dessaoulant d'un seul coup les acteurs des deux camps. Au bord du suicide, ils choisirent la vie.

Anonyme a ecrit Un camion de pompiers et une ambulance étaient toujours stationnés lundi vers 14H30 devant le Palais de Justice. Un homme d'une quarantaine d'années s'est immolé par le feu lundi en début d'après-midi devant le palais de justice de Paris avant d'être secouru par les pompiers détachés au tribunal, a-t-on appris de source concordantes.Aucune indication n'a été donnée sur l'état de santé de cet homme."Un homme d'une quarantaine d'années s'est immolé par le feu, avant d'être pris en charge par les pompiers détachés au palais de justice", selon une source proche du dossier. Un camion de pompiers et une ambulance étaient toujours stationnés lundi vers 14H30 devant le Palais de Justice, ont constaté des journalistes de l'AFP.Des restes des vêtements calcinés de la victime étaient également visibles juste devant l'entrée du Palais de justice. "Un homme est sorti du parking en face du tribunal et a traversé en feu le boulevard du Palais avant d'être secouru par des gendarmes et des pompiers", a témoigné un gendarme.

Anonyme a ecrit le bonheyr d'assia (film de 1966, urss) L'histoire, qui s'apparente à un tableau de murs, met en scène avec naturel la vie communautaire des kolkhoziens. Le travail se fait dans la bonne humeur et une franche gaieté. Les repas en plein air, les fêtes qui rythment les étapes du travail sont accompagnés de chansons. On participe aux préoccupations du jeune homme en quête de son identité : fera-t-il l'école du cirque, s'engagera-t-il dans l'armée ? L'histoire et la politique passent cependant à proximité : on entend le canon des manuvres militaires qui opèrent autour du kolkhoze. L'actualité nationale et internationale est présente : on apprend par la radio le tremblement de terre de Tachkent et la venue à Moscou, en 1966, du Général de Gaulle. Un paysan porte sur la poitrine deux tatouages : l'un représente Lénine, l'autre Staline. On écoute les conversations des hommes qui donnent une profondeur teintée d'amertume à la vie paisible au milieu des blés. Les plus âgés se rappellent les drames personnels vécus pendant la guerre. L'un d'eux, âgé, raconte son internement dans un camp et la joie du retour. Sa mort donne lieu à une belle scène d'enterrement en pleins champs. Le drame amoureux d'Assia prend son relief sur cet arrière-plan omniprésent de la lutte pour la vie et de la sagesse populaire qui assume peines et joies grâce à la solidarité et au bon sens de tous. Assia est un membre de la communauté paysanne : elle y élèvera son enfant dans la joie de vivre, sans romantisme tapageur et sans préjugés destructeurs. Son enfant sera l'enfant du kolkhoze, comme l'enfant blond du début du film, lui aussi sans père, mais pleinement confiant dans l'amour que lui donne sa grande famille. Le film fut interdit par la censure en 1966 et ne sortira sur les écrans soviétiques qu'en 1988. L'insouciance des kolkhoziens y fut jugée peu exemplaire, la scène de l'accouchement sembla choquante et l'évocation des camps staliniens peu opportune.

Anonyme a ecrit .Je crois avoir lu un passage dans l'article de "Presse-Océan" au sujet des bombardements sur Nantes et sa région où il était dit que des pilotes américains rentrés en Angleterre ont avoué n'avoir eu aucun srupules à faire des victimes civiles (que ce soit en France, en Belgique, en Hollande ou en Italie bien évidemment...Nos villes n'ont pas été les seules à avoir souffert). ( http://www.passion-histoire.net/)

Anonyme a ecrit "...si la seule morale de l'histoire c'est celle du Western, c'est celle où on tue ses ennemis avec un revolver, où on les fait disparaitre avec un pistolet magique et bien alors notre histoire sera une histoire sanglante pour les dix et les vingt prochaines années...." ( citation de Dominique de Villepin sur France 3 dans l'émission "ce soir ou jamais" du 2 mai 2011)

Anonyme a ecrit Les 3 premières victimes de l'occupation nazie à Lyon étaient : 2 ouvriers Algériens et 1 Homme de couleur noir non identifié ! Selon la note suivante, il y a 70 ans jours pour jour ,les 3 première victimes de l'occupation nazie à Lyon était 2 ouvriers algériens Mohamed Ben Salah, et Mohamed Ben Ali, de l'usine Schneider et un homme noir dont l'identité reste inconnu. Ils ont été exécutés dans les caves de la Prefecture de Lyon. Une histoire "oubliée" révélée par le livre de l'historien Philippe Videlier. "J'ai l'honneur de vous rendre compte qu'à 23heures par ordre de Monsieur l'Officier de Permanence, j'ai requis une voiture automobile du service des Pompes Funèbres pour transporter trois corps à la Morgue; ces derniers avaient été abattus à coups de revolver dans les caves de la Prefecture par ordre de l'Autorité Allemande. J'ai assisté à la fouille des corps et signé le registre en présence du préposé des entrées. Le 1er qui est de race noir , n'avait ni papiers et argent. Il portait un complet noir, chaussures jaunes, une casquette claire, ce dernier qui est de forte taille mesure 1 mètre 75 environ. Le 2eme, un Arabe, des papiers trouvés sur lui m'ont fait connaitre qu'il se nomme Mohamed BEN SALAH et qu'il travaille à l'usine Schneider, il était en possession d'une somme de 5 francs 50 centimes de monnaie Algérienne, et 2 francs en monnaie Française, il était vétu d'un complet gris clair, chaussé de brodequins. Cet Arabe qui est de taille moyenne porte la barbe. Le 3eme. Un Arabe également se nomme Mohamed BEN ALI a le même signalement que Mohamed Ben Salah, et travaille au même endroit, il était en possession d'une somme de 483 francs O5." Document manuscrit , rédigé par un gardien de la Paix de première classe du poste de police de la Cité, le 22 juin 1940, pour être transmis le jour même au Secretariat général pour la police de Lyon. Source : Philippe Videlier, Didier Daeninckx "l'Algérie à Lyon, une mémoire centenaire", Bibliothèque municipale de Lyon, 2003.

TAKA a ecrit je vous ai transmis un message lundi 7 mars 2011:je ne sais si vous l'avez reçu. En appliquant le décret 51-1423 et son article 7 bis toujours en vigueur 3°<> Il faut savoir que sur l'avis de reclassement figurait le décret n°78-349 du 17 mars 1978, reprenait le décret de 51-1423 ainsi que le 7 bis article Je voudrais savoir comment se calculerait l'ancienneté pour le reclassement d'un AECE du privé au 7 ème échelon avec une ancienneté dans cet échelon de 22 mois et 27 jours en ajoutant après une année de stage CPR dans la fonction publique dans le corps des certifiés de l'enseignement public. Ce qui est important c'est de savoir comment doit se comprendre ce qui est marqué entre les guillemets. MERCI SI vous avez besoin de plus de précisions je vous les donnerai

Anonyme a ecrit les politiques sociales, laurent cytermann et thomas waanecq, PUF, coll major, 374p, 24e

Anonyme a ecrit La manifestation du 28 mai 1952 (son contexte, son déroulement et ses conséquences) a été méticuleusement étudiée par Michel Pigenet (Au cur de l'activisme communiste des années de guerre froide. « La manifestation Ridgway », L'Harmattan, collection « Chemins de la Mémoire », 1992, 176 p.).

Anonyme a ecrit Alexis marsan 7 avril 2002 poignardé par LDJ (4 mois prison)

Anonyme a ecrit « L'épaisseur d'une muraille compte moins que la volonté de la franchir.» Thucydide ((Historien Grec Vème avant J-C)

Anonyme a ecrit I. - Sont abrogés, sous réserve des dispositions des articles 6 et 7 : 1° La loi du 10 juillet 1791 sur la conservation et le classement des places de guerre et postes militaires ; 2° La loi du 3 août 1791 relative à la réquisition et à l'action de la force publique contre les attroupements ; 3° La loi du 14 septembre 1791 portant institution de la force publique ; 4° Le décret de la convention nationale du 27 pluviôse an II relatif au pavillon national ; 5° La loi du 28 germinal an VI relative à l'organisation de la gendarmerie nationale ; 6° La loi du 29 mars 1806 qui prescrit des mesures pour la répression des délits commis dans les établissements militaires ; 7° Le décret impérial du 18 septembre 1811 portant création d'un corps de sapeurs-pompiers pour la ville de Paris ; 8° L'ordonnance du 6 juin 1814 relative à l'organisation du dépôt des cartes et plans de la marine ; 9° La loi du 17 juillet 1819 relative aux servitudes imposées à la propriété pour la défense de l'Etat ; 10° La loi du 9 mars 1831 sur la formation de la légion étrangère ; 11° L'ordonnance du Roi du 10 mars 1831 relative à la formation de la légion étrangère ; 12° La loi du 24 mai 1834 sur les détenteurs d'armes ou de munitions de guerre ; 13° La loi du 9 août 1849 sur l'état de siège ; 14° La loi du 10 juillet 1851 relative au classement des places de guerre et aux servitudes militaires ; 15° Le 6° de l'article 1er du décret du 22 janvier 1852 portant application aux colonies de diverses lois de métropole ; 16° La loi du 19 juin 1871 qui abroge le décret du 4 septembre 1870 sur la fabrication des armes de guerre ; 17° La loi du 8 mars 1875 relative à la poudre dynamite ; 18° La loi du 3 juillet 1877 relative aux réquisitions militaires ; 19° La loi du 3 avril 1878 relative à l'état de siège ; 20° La loi du 18 juillet 1895 relative à la détermination et à la conservation des postes électrosémaphoriques ; 21° La loi du 5 juillet 1920 autorisant le ministre de la guerre à former un régiment de cavalerie étrangère, d'artillerie étrangère et un bataillon du génie étranger ; 22° La loi du 31 janvier 1921 relative à la séparation des services de la trésorerie et de la poste aux armées ;

Anonyme a ecrit Ceux que nous avons aimés et que nous avons perdus ne sont plus où ils étaient, mais ils sont toujours et partout où nous sommes.

Anonyme a ecrit pour avoir été à la manif, je tiens quand meme à dire que toutes les personnes soit disant bloquées à opéra l'ont été car ils l'ont bien voulu. A TOUT MOMENT il était possible de partir. les crs laissaient partir toutes les personnes désireuses. Et surtout n'oubliez pas que les crs ne font pas que vous battre sur les manifs; ils vous sauvent sur les plages en juillet et aout.PENSEZ Y et merci pour eux. Comment par nicox - 31 janvier 2009 @ 23:41

Anonyme a ecrit 21 Olivier Maurel le 17/03/2010 à 11h57 Où se prépare la soumission à l'autorité ? L'expérience de Stanley Milgram est une expérience que tout le monde devrait connaître et c'est une excellente chose que la télévision la porte à la connaissance de tous. Elle montre que, contrairement à ce que nous croyons, nous sommes très peu autonomes puisque les deux tiers d'entre nous d'après l'expérience de Milgram, et même davantage d'après cette nouvelle version avec un public qui encourage à aller jusqu'au bout, sont prêts à torturer et à tuer un de leurs semblables si une autorité qu'ils reconnaissent leur en donne l'ordre. Mais j'espère que le débat mentionnera que cela n'a rien à voir avec la cruauté, le sadisme ou une quelconque "pulsion de mort". Une des versions de l'expérience de Milgram montrait en effet que si on laissait aux sujets la possibilité de choisir eux-mêmes le voltage des décharges qu'ils envoyaient, ils choisissaient tous des voltages qui ne provoquaient pas de souffrance chez la victime supposée. C'est donc bien seulement la soumission à l'autorité qui les amenait à accepter de faire souffrir la victime. J'espère d'autre part qu'on s'interrogera sur l'origine de notre tendance catastrophique à nous soumettre à l'autorité. Elle vient tout simplement du fait que toute l'éducation parentale et scolaire est précisément fondée sur l'autorité (vous savez : les fessées et les gifles qui n'ont jamais fait de mal à personne !). Au contraire, les hommes et les femmes qui ont su, comme les Justes, s'opposer à l'autorité et prendre les plus grands risques pour sauver d'autres hommes et femmes menacées de mort, ont eu en commun dans leur éducation quatre points, c'est une enquête réalisée sur plus de 400 Justes qui l'a montré : des parents affectueux, des parents qui leur ont appris l'altruisme, des parents qui leur ont fait confiance et, c'est sans doute le point essentiel, une éducation non autoritaire et non répressive. J'espère que ce sera dit ce soir.

Anonyme a ecrit http://www.youtube.com/watch?v=9jfEUXhurPw le chant des transportés

Anonyme a ecrit La démocratie et la liberté s'éteignent toujours sous les applaudissements. Les larmes viennent après." Firass Yassin

Anonyme a ecrit http://209.85.229.132/search?q=cache:uGiw_eCEH4YJ:forums.france2.fr/france2/onnapastoutdit/inspecteurs-labavure-cinema-sujet_33008_1.htm+philippe+roset+policier+condamn%C3%A9&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Anonyme a ecrit Notemment en Bac car nous connaissons les mecs et leurs agissements, nous leur mettons la pression afin qu ils fassent une erreur

Anonyme a ecrit Mais y'a pas moyen que tu ais quelques collègues qui aillent lui faire peur à ce gars là ? Le filocher, être là quand il sort de chez lui, le contrôler souvent, lui pourrir la vie quoi ?

Anonyme a ecrit http://www.chambre-claire.com/PAROLES/Partzanenlied.htm

Anonyme a ecrit http://psychomedia.qc.ca/tests/beck

Anonyme a ecrit lilou43 a écrit : bonsoir a tous je voulais savoir si vous connaissiez un club de rugby feminin dans la region lyonnaise merci pour vos reponses Bonjour oui à Saint Genis Laval (ouest lyon) 2 équipes une de moins de 18 ans (à VII) et une autre de plus de 18 ans (à XII) si vous êtes intéressée, l'entraînement a lieu le lundi soir de 19h à 21h au stade de Beauregard, 169 avenue de Gadagne (à côté du lycée René Descartes) 69230 Saint Genis Laval

Anonyme a ecrit 67. Décision 393 DC du 18 décembre 1997. Loi de financement de la sécurité sociale pour 1998, p. 101, 102, 145. Conformité sous réserves : l'exigence constitutionnelle résultant des 10ème et 11ème alinéas du Préambule de la Constitution de 1946, implique la mise en uvre d'une politique de solidarité nationale en faveur des familles ; mais il est cependant loisible au législateur, pour satisfaire cette exigence, de choisir les modalités d'aides aux familles qui lui apparaissent appropriées ; outre les prestations familiales directement servies par les organismes de sécurité sociale, ces aides sont susceptibles de revêtir la forme de prestations, générales ou spécifiques, directes ou indirectes, apportées aux familles tant par les organismes de sécurité sociale que par les collectivités publiques ; ces aides comprennent notamment le mécanisme fiscal du quotient familial. En conséquence, si les dispositions des 10ème et 11ème alinéas du Préambule de 1946 ne font pas par elles-mêmes obstacle à ce que le bénéfice des allocations familiales soient subordonné à une condition de ressources, les dispositions réglementaires prévues par la loi ne sauraient fixer les plafonds de ressources, compte tenu des autres formes d'aides aux familles, de telle sorte que seraient remises en cause l'exigence du Préambule de 1946. Motifs rejetés : la législation de la troisième République n'a jamais conféré un caractère absolu au principe selon lequel cette aide devrait être universelle et concerne toutes les familles ; ainsi, l'attribution d'allocations familiales à toutes les familles, quelle que soit leur situation, ne peut être regardée comme figurant au nombre des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

Anonyme a ecrit Autant on peut estimer qu'une solidarité inconditionnelle est un gage de sécurité en situation de guerre, autant je la trouve inappropriée dans ce cas, à moins qu'Interceptor n'estime que la gendarmerie française est en guerre contre la population française, et qu'il convient de soumettre par tous les moyens l'ensemble des odieux citoyens qui osent avoir des velléités libertaire et contestataire, auquel cas cela justifierait tout à fait la position des trolls qui viennent ici déclamer leur haine des flics, gendarmes, etc. et surtout la méfiance que vous devez bien ressentir dans vos relations au quotidien avec la population. Dans tous les cas, la guerre contre la population est perdue d'avance, alors autant ne pas la déclencher. (forum G&C)

Anonyme a ecrit martinique 1959 http://www.montraykreyol.org/spip.php?article3337

Anonyme a ecrit visiteurs nombre 9500 en 2010

Anonyme a ecrit plantage?

Anonyme a ecrit Forum gendarmes et citoyens, A quand un grand bal? Ouai volcan, y'aurait baston, à la régulière comme à l'ancien temps. je vois bien des gendarmettes foutre sur la tronche d'un gars à coup de sacs à mains et les achever à coup de hauts-talons. Un ferait intervenir le psig du coin avec le MIP. Et pis non je popose que l'on fasse celà en zone police. On se castagnerait avec la BAC. Brice serait avisé de l'incident, on passerait tous au trapèze et nous serions mutés dans la brigade de notre choix.

galouzeau a ecrit Et c'est un vieux pays, la France, d'un vieux continent comme le mien, l'Europe, qui vous le dit aujourd'hui, qui a connu les guerres, l'occupation, la barbarie. Un pays qui n'oublie pas et qui sait tout ce qu'il doit aux combattants de la liberté venus d'Amérique et d'ailleurs. Et qui pourtant n'a cessé de se tenir debout face à l'Histoire et devant les hommes.

Anonyme a ecrit ?????

Anonyme a ecrit ??? ?????? ??????

Anonyme a ecrit debut 4° rep assemblee http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/sm/C_15282_15831.pdf

Anonyme a ecrit http://www.terresoubliees-exploration.com/upload/images/original/migration_gnous.jpg

Anonyme a ecrit Une vieille demoiselle se présente chez un notaire pour enregistrer l 'acte d' achat de sa maison, récemment acquise. Le notaire l' invite à s 'installer, appelle son clerc, et lui demande textuellement : - "Veuillez, s 'il vous plaît, ouvrir la chemise de Mademoiselle, examiner son affaire, et si les règles ne s' y opposent pas, faites une décharge pour qu 'elle entre en jouissance immédiate ! "

Anonyme a ecrit Moi, en cas de manif, je préfère de très loin avoir des CRS en face que des policiers lambda qui ne sont pas formés au maintien de l'ordre en manifestation et risque de paniquer Mieux, la BAC pour encadre les manifs C'est les producteurs de sapin qui seraient content (forum hardware)

Anonyme a ecrit et bien , nous maintenant , nous avons aussi notre chiffon rouge et nous l'agiterons autant que nécessaire ! Quand même , Amusant /jason , se présenter devant un temple de la République en arme , en tenue , avec les moyens automobiles de l'administration ..... ça sentait un peu la tentative de ..... déstabilisation ! c'est grave et sérieux cette affaire , autant que de tourner le dos au passage du Président de la République... ça montre que votre colère peut devenir une violence contre l'état ! à méditer !

Anonyme a ecrit La Marseillaise Premier couplet Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L'étendard sanglant est levé, (bis) Entendez-vous dans les campagnes Mugir ces féroces soldats ? Ils viennent jusque dans vos bras Égorger vos fils, vos compagnes ! Refrain : Aux armes, citoyens Formez vos bataillons Marchons, marchons ! Qu'un sang impur Abreuve nos sillons ! Aux armes, citoyens Formez vos bataillons Marchons, marchons ! Qu'un sang impur Abreuve nos sillons ! Couplet 2 Que veut cette horde d'esclaves, De traîtres, de rois conjurés ? Pour qui ces ignobles entraves, Ces fers dès longtemps préparés ? (bis) Français, pour nous, ah ! quel outrage ! Quels transports il doit exciter ! C'est nous qu'on ose méditer De rendre à l'antique esclavage ! Refrain Couplet 3 Quoi ! des cohortes étrangères Feraient la loi dans nos foyers ! Quoi ! ces phalanges mercenaires Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis) Grand Dieu ! par des mains enchaînées Nos fronts sous le joug se ploieraient De vils despotes deviendraient Les maîtres de nos destinées ! Refrain Couplet 4 Tremblez, tyrans et vous perfides L'opprobre de tous les partis, Tremblez ! vos projets parricides Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis) Tout est soldat pour vous combattre, S'ils tombent, nos jeunes héros, La terre en produit de nouveaux, Contre vous tout prêts à se battre ! Refrain Couplet 5 Français, en guerriers magnanimes, Portez ou retenez vos coups ! Épargnez ces tristes victimes, À regret s'armant contre nous. (bis) Mais ces despotes sanguinaires, Mais ces complices de Bouillé, Tous ces tigres qui, sans pitié, Déchirent le sein de leur mère ! Refrain Couplet 6 Amour sacré de la Patrie, Conduis, soutiens nos bras vengeurs Liberté, Liberté chérie, Combats avec tes défenseurs ! (bis) Sous nos drapeaux que la victoire Accoure à tes mâles accents, Que tes ennemis expirants Voient ton triomphe et notre gloire ! Refrain Couplet 7 (dit couplet des enfants) Nous entrerons dans la carrière Quand nos aînés n'y seront plus, Nous y trouverons leur poussière Et la trace de leurs vertus (bis) Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil, Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre Refrain

Anonyme a ecrit A Stuttgart se tenait hier une manif contre un projet de gare ferroviere sur un site abritant quelques especes rares. Une dizaine de millier de personnes manifestait calmement pour empecher le debut de l?abattage des arbres. La Police a alors charge la foule pour permettre le debut des travaux, utilisant gaz, canons a eau et matraques pour disperser les gens. Des dizaines de personnes, dont des enfants et des personnes agees, ont dus etre hospitalises en urgence. 3 sources differentes (presse, medicale et militante) parlent d?une femme decedee. L?information n?est pas encore confirmee. Une manif de soutient a rassemblee 300 personnes a Berlin ce soir. Hier soir, quelques milliers de personnes etaient encore sur place pour empecher les travaux. Le maire a alors rencontre des manifestants et leur a promis que les travaux ne demarreraient pas cette nuit et qu?une etude serait menee concernant la faune menacee. Une partie des manifestants a alors quitter les lieux et une heure plus tard les premiers arbres etaient abattus, donnant lieux a de nouveaux affrontements. Plusieurs centaines de manifestants sont toujours sur place cette nuit et scandent en choeur que les politiciens sont des menteurs. Certaines photos ont demontres l?usage d?armes non reglementaires comme des gants renforces. Le groupe de presse du Sud Ouest allemand, SWR, connu pour ses positions conservatrice, a titre "Une violence policiere inegalee depuis la dictature". (01/10/201)

Anonyme a ecrit Citation (cobra82 @ 19/05/2010, 09:43) [*] j'ai un collegue qu'a pris 5 jours pour une claque, je lui avais dit de gonfler le truc pour que le crapaud morfle au jugement [tongue.gif]

24/07/10 a ecrit Les policiers peuvent mentir, le pouvoir peut museler la presse, un jour une rumeur viendra, elle sera vraisemblable pour un grand nombre de français et se répandra. Les policiers, politiques, journalistes qui ont participé à la désinformation seront moralement responsables des conséquences de cette rumeur.

Anonyme a ecrit Seine-Saint-Denis : des policiers auraient inventé une agression 16.09.2010, 14h11 Ont-ils voulu cacher une mauvaise manoeuvre ? Sept policiers de Seine-Saint-Denis sont poursuivis pour avoir monté de toutes pièces la semaine dernière une agression au cours de laquelle l'un d'eux avait été blessé, ont annoncé des sources proches de l'enquête. Dans la nuit du 9 au 10 septembre, à Aulnay-sous-Bois, un automobiliste avait refusé d'obtempérer lors d'un contrôle routier qui avait mal tourné, et un gardien de la paix avait été blessé aux jambes et aux bras, avaient annoncé les autorités. Dans la foulée, un suspect avait été placé en garde à vue pour refus d'obtempérer et pour avoir percuté le policier en voiture. Mais au fil des heures, la hiérarchie policière s'était rendu compte qu'il n'était pas responsable et que les sept policiers avaient menti. Mercredi ils ont été placés en garde à vue par l'Inspection générale des services (IGS, la «police des polices»), déférés au parquet de Bobigny puis placés sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention (JLD). Ils ont écopé d'une interdiction d'exercer et sont convoqués au tribunal de Bobigny le 4 novembre pour «dénonciation calomnieuse», et «faux en écriture publique» pour avoir rédigé ou signé de faux procès verbaux. Trois d'entre eux sont en outre mis en examen pour «violence volontaire ayant entraîné une incapacité de travail n'excédant pas huit jours par personne dépositaire de l'autorité publique». Leparisien.fr


Archives pages    1   2   3   4   5   6  Lire les messages les plus récents    Retourner à l'accueil